Variole du singe : le président de l’OMS va convoquer le Comité d’urgence au plus tard la semaine du 18 juillet

Alors que la variole du singe compte désormais plus de 6000 cas dans 58 pays à travers le monde, Tedros Adhanom Ghebreyesus, président de l’OMS, a déclaré le mercredi 6 juillet qu’il convoquera le Comité d’urgence de l’OMS au plus tard la semaine du 18 juillet.

Face à la flambée des cas de variole du singe, le président de l’OMS a, de nouveau, fait part de son inquiétude concernant le virus et à décider qu’une réunion du Comité d’urgence de l’OMS aura lieu au plus tard la semaine du 18 juillet.

« Concernant la variole du singe, je continue à être inquiet de l’échelle et de la diffusion du virus« , a-t-il déclaré lors d’un point de presse à Genève, ce mercredi 6 juillet. Alors que le virus est présent dans 58 pays et que la barre des 6 000 cas à travers le monde vient d’être franchie depuis le début du mois de mai, le président de l’OMS semble revenir sur son discours du 25 juin. Il estimait, à la fin du mois de juin, que la flambée du virus ne justifiait pas de recourir à la convocation du Comité d’urgence et n’était pas encore « une urgence de santé publique de portée international. »

Un virus très présent en Europe, où il n’est pas mortel

Même s’il avait souligné, le 25 juin, que « le dépistage demeure un défi, et il est fort probable qu’il y ait un nombre important de cas qui ne soient pas recensés« , le président de l’OMS expliquait lors de son discours que l‘Europe est l’épicentre de l’épidémie, avec plus de 80% des cas de variole du singe recensés dans le monde.

Si le Comité avait jugé le 23 juin que la flambée de cas à travers le monde, ne constituait pas « une urgence de santé publique de portée internationale« , une envolée des cas a été remarquée depuis la fin du mois de mai en dehors des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest où le virus sévit de manière récurrente.

« En Afrique, des cas apparaissent dans des pays qui n’étaient auparavant pas affectés, et des nombres record sont recensés dans des endroits qui ont déjà eu affaire à la variole du singe« , s’inquiète le président de l’ONU.

La majorité des cas recensés concerne des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, même si des enfants et des personnes immunodéprimées ont été testés positifs à la variole du singe. Le virus se manifeste, comme pour le Covid-19, par des symptômes grippaux auxquels s’ajoutent des éruptions cutanées. Pour le moment, l’épidémie n’a fait aucun mort en Europe et les personnes contaminées guérissent généralement d’elles-mêmes après deux ou trois semaines.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

 

Source: cerfia.fr