Vanessa, 14 ans, l’adolescente tuée à Tonneins

Vanessa, 14 ans, a été enlevée, tuée et agressée sexuellement par un homme de 31 ans, à Tonneins (Lot-et-Garonne).

Portée disparue depuis vendredi après la sortie du collège, sa mère inquiète a signalé sa disparition en fin de journée, à 18h45. Le lendemain, samedi 19 novembre, son corps a été retrouvé dans une maison abandonnée située à Birac-sur-Trec, à une quinzaine de kilomètres de Tonneins.

Ce que l’on sait du meurtre

Alors qu’elle sortait des cours aux alentours des 13h, les caméras de vidéo-protection de la commune montrent que cette dernière se dirige chez elle en empruntant une rue. Une voiture apparaît ensuite sur les images de vidéo surveillance, mais elle ne montre pas Vanessa monter dans le véhicule en question.

Lors de l’enquête, et après la visualisation de toutes les plaques d’immatriculation, les gendarmes retrouvent un homme de 31 ans, qui vit à Marmande. Connu du service de police, il avait en effet déjà était condamné pour des faits d’agression sexuelle, lorsqu’il était mineur.

Lors de son interpellation, à son domicile, le suspect de 31 ans savait. « Je sais pourquoi vous êtes là », une perquisition de son logement et une enquête de voisinage ont été lancées après son arrestation. Dès lors de sa première journée en garde à vue, vendredi, l’homme avoue tout. Il avoue avoir violé l’adolescente de 14 ans dans sa voiture, et avoir commis le crime en étranglant la victime, avant de s’être débarrassé du corps dans une maison inoccupée à Birac-sur-Trec.

Le procureur d’Agen a déclaré dans un communiqué que le suspect de nationalité française, a été mis en examen pour enlèvement, séquestration, viol et meurtre sur mineur, ce dimanche 20 novembre.

Qui était Vanessa ?

Vanessa, d’origine espagnole, était scolarisée au collège Germillac à Tonneins, en 4ème A. Au collège, elle était dans une unité pédagogique pour élèves allophones (UP2A), une classe pour les enfants qui ne maîtrisent pas le français. Ses professeurs décrivent l’adolescente comme une « une bonne amie », discrète, agréable et gentille, d’après ses camarades de classe.

Elle était l’aînée d’une fratrie, « elle était très proche de ses frères et sœurs » et « très tendre », déclare sa cousine Yuranny Granda sur BFMTV. Elle ajoute que « Vanesa était une petite jeune fille très joyeuse, très intelligente et très souriante avec sa famille ». 

https://platform.twitter.com/widgets.js

Cellule d’accompagnement

« Tout le collège doit être terrifié », déclare un des camarades de Vanessa. La rectrice du collège, Anne Bisagni-Faure a envisagé de s’y rendre « pour témoigner de son soutien aux élèves et aux équipes ». Ce lundi, une cellule psychologique sera mise en place au collège afin de soutenir psychologiquement les enfants mais aussi les enseignants du collège.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr