Séoul : au moins 153 morts dans un mouvement de foule pour Halloween

Au moins 153 morts dans un mouvement de foule survenu hier soir lors d’une soirée d’Halloween dans les rues de Séoul, la capitale de la Corée du Sud.

Au moins 153 personnes ont été tuées après avoir été écrasées par une grande foule lors d’Halloween dans la capitale sud-coréenne, Séoul.

Des parents inquiets se sont précipités dans les hôpitaux à la recherche de leurs proches ce dimanche, alors que la Corée du Sud pleurait la mort de victimes, pour la plupart âgées d’une vingtaine d’années, qui ont été piégées et écrasées après qu’une foule immense a envahi une allée étroite dans un quartier de Séoul.

Selon des témoins, le déferlement de la foule dans le quartier d’Itaewon samedi soir a provoqué un chaos « digne de l’enfer« , les gens tombant les uns sur les autres. Certaines personnes recevaient des soins de réanimation, ont indiqué des témoins, tandis que d’autres, vêtues de costumes d’Halloween, continuaient à chanter et à danser à proximité, sans connaître la gravité de la situation.

Plusieurs personnes ont du pratiquer la réanimation cardio-pulmonaire sur des dizaines de personnes alors que les autorités étaient débordées. Une vision chaotique vécue comme un enfer pour les personnes présentes.

https://platform.twitter.com/widgets.js

C’est la pire catastrophe que le pays ait connue depuis des années. Des dizaines de milliers de personnes se seraient rassemblées à Itaewon pour fêter Halloween. Des témoins ont déclaré que les rues étaient si densément encombrées de personnes et de véhicules qu’il était pratiquement impossible pour les secouristes et les ambulances d’atteindre rapidement l’allée près de l’hôtel Hamilton.

Le gouvernement de la ville a déclaré que plus de 2 600 personnes avaient appelé ou s’étaient rendues dans un bureau de la ville à proximité pour signaler la disparition de proches et demander aux autorités de confirmer s’ils faisaient partie des personnes blessées ou décédées après l’écrasement.

Parmi les morts figurent 19 étrangers, a déclaré Choi Seong-beom, chef du service des incendies de Yongsan, à Séoul, dont la juridiction inclut Itaewon. Le ministère sud-coréen des affaires étrangères n’a pas confirmé la nationalité des victimes, mais il a indiqué avoir alerté les ambassades de ces pays à Séoul.

Les corps des personnes décédées sont conservés dans 42 hôpitaux de Séoul et de la province voisine de Gyeonggi, qui a indiqué qu’elle demanderait aux crématoires de brûler davantage de corps par jour dans le cadre de plans visant à soutenir les procédures funéraires.

Environ 100 000 personnes s’étaient rassemblées à Itaewon pour les plus grandes festivités d’Halloween en plein air du pays depuis le début de la pandémie, le gouvernement sud-coréen ayant assoupli les restrictions relatives au COVID-19 au cours des derniers mois.

Bien qu’Halloween ne soit pas une fête traditionnelle en Corée du Sud, elle reste une attraction majeure pour les jeunes adultes, et les soirées costumées dans les bars et les clubs sont devenues extrêmement populaires ces dernières années. Itaewon est un quartier favorable aux expatriés, connu pour ses bars, clubs et restaurants branchés, et est donc la destination phare de Séoul pour Halloween.

Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol a déclaré un deuil national d’une semaine dimanche et a ordonné que les drapeaux des bâtiments gouvernementaux et des bureaux publics soient mis en berne.

Lors d’un discours télévisé, Yoon a déclaré que l’aide aux familles des victimes, y compris la préparation de leurs funérailles, et le traitement des blessés seraient une priorité absolue pour son gouvernement.

Il a également demandé aux autorités de mener une enquête approfondie sur la cause de l’accident et de revoir la sécurité des autres grands événements culturels et de divertissement pour s’assurer qu’ils se déroulent en toute sécurité.

Après son discours, Yoon a visité Séoul et le lieu de la catastrophe. Des images de la télévision locale ont montré Yoon inspectant la ruelle remplie d’ordures et recevant des instructions des responsables des services d’urgence.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Le pays une nouvelle fois en deuil

La dernière catastrophe sud-coréenne aussi meurtrière avait également touché le plus durement les jeunes. En avril 2014, 304 personnes, pour la plupart des lycéens, ont péri dans le naufrage d’un ferry. Le naufrage avait mis en évidence des règles de sécurité laxistes et des défaillances réglementaires.

Il a été partiellement imputé à une cargaison excessive et mal attachée et à un équipage mal formé aux situations d’urgence. Les décès de samedi à Séoul attireront probablement l’attention du public sur les mesures prises par les autorités gouvernementales pour améliorer les normes de sécurité publique depuis la catastrophe du ferry.

Il s’agit également de la deuxième catastrophe majeure d’écrasement par mouvement de foule en Asie en un mois. Le 1er octobre, la police indonésienne avait tiré des gaz lacrymogènes lors d’un match de football, provoquant un écrasement qui a tué 132 personnes alors que les spectateurs tentaient de fuir.

Plus de 1 700 personnes de tout le pays ont été déployés dans les rues de Séoul pour aider les blessés, dont environ 520 pompiers, 1 100 policiers et 70 fonctionnaires. L’Agence nationale des incendies a déclaré séparément dans un communiqué que les responsables tentaient toujours de déterminer le nombre exact de patients en urgence.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr