L’homme qui a survécu aux 2 bombes atomiques (Hiroshima & Nagasaki) – HDG #22 – Histoires de Guerre

Le 6 août 1945, Tsutomu Yamaguchi travaille à Hiroshima quand la première bombe atomique explose au-dessus de la ville. Blessé, l’homme rentre chez lui… à Nagasaki. 3 jours plus tard, la seconde bombe nucléaire réduit la ville en poussière. Survivant miraculé des deux bombes atomiques, Tsutomu Yamaguchi a gardé le silence pendant plus d’un demi-siècle avant de raconter son histoire et de devenir un fervent militant contre l’arme atomique.

Merci à l’INA de nous avoir fourni une partie des images de ce documentaire. Retrouvez l’Ina sur YouTube : http://bit.ly/inaYouTube ou http://bit.ly/inahistoire

Merci à Pierre-Alain de Garrigues d’avoir exceptionnellement conté cet épisode. Retrouvez-le sur sa chaîne : https://www.youtube.com/user/sainteanna

Merci à l’historien Patrick Godfard pour son aide dans la préparation de cet épisode. Retrouvez un texte explicatif complémentaire de sa part en fin de description.

Histoires de guerre est une série qui relate des faits historiques insolites et marquants des dernières guerres. Cette émission a pour but de mettre la petite histoire dans la grande, sans pour autant glorifier la guerre et ses acteurs. Retrouvez tous les épisodes de la série : https://www.youtube.com/playlist?list=PLhyfczaF1NwJnWaxUQRDCh0hVbuV_tYBB

Nouvelle vidéo tous les mardis à 18h !
Abonnez-vous à la chaîne : https://www.youtube.com/user/Mamytwink?sub_confirmation=1

INSTAGRAM
https://www.instagram.com/mamytwink/
https://www.instagram.com/francoiscalvier/
https://www.instagram.com/zecharia_hs/

La chaîne de François : https://www.youtube.com/user/francoiscalvier

Notre livre “Les Explorations nocturne” : https://amzn.to/2CMzdBl

Sources de l’épisode :

Twice : The Extraordinary life of Tsutomu Yamaguchi, NHK, 2011

Tsutomu Yamaguchi | The Lost Ones (8/10) | ARTE : https://www.arte.tv/fr/videos/085197-008-A/the-lost-ones-tsutomu-yamaguchi/

Charles Pellegrino, Le dernier train d’Hiroshima. Les survivants racontent, 2011

The Man Who Survived Two Atomic Bombs : https://www.history.com/news/the-man-who-survived-two-atomic-bombs

Pour aller plus loin (texte de Patrick Godfard) :

La question demeure quant à l’utilisation de la bombe atomique. Camus, dans un éditorial dans Combat, au lendemain de Hiroshima, écrivit : « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. » Contrairement au discours de Truman du 6 août évoquant une « base militaire », la bombe fut larguée avant tout sur des civils. Le chercheur Leó Szilárd du projet Manhattan avait pourtant fait son possible pour convaincre les autorités de ne pas larguer la bombe sur un site peuplé. Les autorités américaines justifièrent l’usage de l’arme atomique en avançant le chiffre de « 250 000 » puis finalement d’un « million de vies américaines » sauvées s’il avait fallu conquérir le Japon île par île.

Plusieurs hypothèses peuvent expliquer le largage de bombes atomiques sur deux villes japonaises. Tout d’abord, la volonté d’expérimenter la bombe sur une ville et de voir ses effets sur le bâti et sur la population. C’est une thèse défendue dans le documentaire de Kenichi Watanabe, La face cachée de Hiroshima. On notera que la ville de Hiroshima ne fut jamais bombardée avant la date fatidique du 6 août et, qu’après la capitulation, les Américains envoyèrent des équipes sur place pour faire des relevés et des études sur les irradiés.

Une autre hypothèse a été mise en avant par l’historien Tsuyoshi Hasegawa. Elle n’est pas exclusive de la première. Le but aurait été de faire plier le Japon le plus rapidement possible pour empêcher l’URSS de devenir trop influente en Extrême-Orient. En effet, à la conférence de Yalta de février 1945, Roosevelt avait demandé à Staline d’intervenir contre l’Empire nippon trois mois après la fin de la guerre en Europe. L’URSS débuta son offensive le 9 août et avança largement, prenant le contrôle de la Mandchourie et du nord de la Corée. On sait aujourd’hui que l’une des raisons qui poussèrent l’empereur Hiro-Hito à capituler était la peur d’une occupation soviétique d’une partie du Japon, peur tout à fait justifiée (Staline envisageait d’occuper la grande île de Hokkaido). On peut donc considérer ces événements comme s’inscrivant dans le contexte des prémices de la guerre froide.