La proposition de loi de LFI pour la réintégration des soignants non vaccinés ne sera pas adoptée

Hier avait lieu la niche parlementaire de La France Insoumise. Le parti de gauche s’est présenté devant l’Assemblée nationale avec plusieurs propositions de loi et parmi elles, la réintégration des soignants non vaccinés.

Quand un parti politique tient sa niche parlementaire, il doit s’assurer d’avoir le temps pour que toutes ses propositions de loi soient traitées par l’hémicycle. Or, tout ne s’est pas déroulé comme prévu hier soir lors de la séance houleuse à l’Assemblée. Alors que la proposition de loi pour la réintégration des soignants non vaccinés semblait faire bonne impression, la loi n’a pas pu être votée. La tenue du vote ne s’est pas bien passée. Entre séries de sous-amendements et suspension de séances, LFI a vu les heures défilées et donc une impossibilité de traiter la proposition de loi concernant la réintégration des soignants non vaccinés à cause d’un manque de temps.

Un débat houleux

Les députés du parti de Renaissance ne cessaient d’interpeller le député Olivier Serva, alors que celui ci s’exprimait devant l’Assemblée. Cela a bien évidemment irrité le député Guadeloupéen qui s’est emporté en lâchant : « Tu vas la fermer ! », à un des députés de Renaissance. Il pensait que les membres du parti ne faisaient pas preuve de bonne foie, en employant des techniques visant à ralentir le débat. D’autant plus que ce parti a fait voter un amendement de suppression de l’article principal de la proposition de loi, rejeté à la majorité.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Marine Le Pen, chef des députés du Rassemblement National, a elle aussi réagi à la manière dont s’est tenue la séance.

« L’obstruction parlementaire réalisée par le gouvernement pour empêcher le vote de la réintégration des soignants non-vaccinés est un scandale démocratique. Leurs méthodes n’ont pas changé, leur mépris pour la représentation nationale reste intact », a t-elle déclaré dans un communiqué sur Twitter.

Sylvain Maillard, président par intérim du groupe de la majorité présidentielle, s’est exprimé au micro de Europe 1 ce matin sur la situation. « Ils ont choisi un texte antivax, complotiste, avec une sorte d’alliance entre le Rassemblement national, La France insoumise et les différents députés d’outre-mer, sur des propos qui étaient juste insupportables et inacceptables», balance t-il. Il appelle également à combattre ces idées « complotistes ».

La séance a repris à 23h50, avec seulement 10 minutes pour continuer à débattre sur la proposition de loi pour la réintégration des soignants non vaccinés. Cependant, les députés qui n’étaient pas d’accord avec cette loi, ont quitté l’Assemblée par protestation. Suite à cela, l’examen du texte a été interrompu. Les députés en faveur de l’acceptation de cette loi se disent déterminés à la faire adopter, et reviendront à la charge.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « POLITIQUE», découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr