La Corée du Nord tire un missile balistique au-dessus du Japon

La Corée du Nord a tiré un missile balistique au-dessus du Japon, dans ce qui semble être une escalade délibérée pour attirer l’attention de Tokyo et de Washington.

Le missile tiré par la Corée du Nord a parcouru 4 500 km avant de tomber dans l’océan Pacifique – une distance suffisamment grande pour toucher l’île américaine de Guam s’il prenait une autre trajectoire. Il s’agit du premier tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon depuis 2017.

Le Japon a émis une alerte pour que certains citoyens se mettent à l’abri. Les États-Unis et la Corée du Sud ont répondu par des exercices de bombardement conjoints.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Les chefs d’état-major conjoints sud-coréens ont déclaré que quatre avions américains et sud-coréens avaient pris part à l’exercice, tirant sur une cible fictive sur une île inhabitée de la mer Jaune. Selon une déclaration, l’exercice a démontré la volonté de Séoul et de Washington de répondre sévèrement à la menace de Pyongyang.

L’ONU a interdit à la Corée du Nord de tester des armes balistiques et nucléaires. L’envoi de missiles vers ou au-dessus d’autres pays sans avertissement préalable ni consultation est également contraire aux normes internationales.

La plupart des pays évitent complètement de le faire car cela peut facilement être pris pour une attaque. Bien qu’il ne soit pas aussi important qu’un essai nucléaire – qui pourrait bien être le prochain – il peut être considéré comme une énorme provocation.

Les habitants du nord du Japon, notamment de l’île d’Hokkaido et de la ville d’Aomori, se seraient réveillés au son des sirènes et des alertes textuelles : « La Corée du Nord semble avoir lancé un missile. Veuillez évacuer dans les bâtiments ou sous terre.« 

https://platform.twitter.com/widgets.js

Alors que le missile passait au-dessus de leur tête, ils ont été avertis de faire attention aux débris qui pourraient tomber. Selon les rapports, beaucoup semblent rester calmes, une vidéo montrant même des habitants de Tokyo marchant calmement alors que des haut-parleurs diffusent des avertissements. Mais d’autres ont été plus secoués car la menace est réelle.

Les autorités ont ensuite déclaré que le missile balistique de portée intermédiaire était tombé dans l’océan Pacifique, loin du Japon, et qu’aucun blessé n’avait été signalé. Il a parcouru la plus longue distance jamais parcourue par un missile nord-coréen et a atteint une altitude d’environ 1 000 km, soit plus haut que l’altitude de l’ISS.

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a qualifié le lancement de « comportement violent« , tandis que le ministre de la défense, Yasukazu Hamada, a déclaré que le Japon n’excluait aucune option pour renforcer ses défenses, y compris des « capacités de contre-attaque« .

La porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, Adrienne Watson, a qualifié cette opération de « dangereuse et imprudente » et de « déstabilisatrice » pour la région.

Ce lancement intervient alors que le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud ont travaillé ensemble pour renforcer leurs défenses, en réponse à la menace croissante posée par la Corée du Nord.

La semaine dernière, les trois pays ont mené ensemble des exercices navals pour la première fois depuis 2017. Ces exercices ont longtemps contrarié le dirigeant de Pyongyang, Kim Jong-un, qui les considère comme la preuve que ses ennemis se préparent à la guerre.

À la suite des exercices combinés de 2017, la Corée du Nord avait tiré deux missiles au-dessus du Japon en guise de réponse. Une semaine plus tard, elle avait procédé à un essai nucléaire. Selon des renseignements récents des forces alliés, la Corée du Nord s’apprêterait à tester une autre arme nucléaire.

Ce lancement de missile est le cinquième effectué par Pyongyang en une semaine. Samedi dernier, ce sont deux fusées qui sont tombées dans les eaux situées à l’extérieur de la zone économique exclusive du Japon.

La plupart des essais de missiles de la Corée du Nord sont effectués sur une trajectoire de vol élevée, c’est-à-dire qu’ils atteignent une altitude élevée, évitant ainsi de survoler ses voisins.

Mais le fait de survoler ou de dépasser le Japon permet aux scientifiques nord-coréens de tester des missiles dans des circonstances « plus réelles ».

Ces actions ont contribué aux tensions persistantes entre la Corée du Nord et le Japon, qui trouvent leur origine dans la colonisation de la Corée par le Japon entre 1910 et 1945 et dans l’enlèvement de citoyens japonais par le Nord dans le passé.

Au début du mois, la Corée du Nord a adopté une loi déclarant qu’elle est un État doté d’armes nucléaires, et le dirigeant Kim Jong-un a exclu la possibilité de pourparlers sur la dénucléarisation. Pyongyang a effectué six essais nucléaires entre 2006 et 2017, ce qui lui a valu de nombreuses sanctions.

L’État d’Asie de l’Est défie régulièrement l’interdiction des essais nucléaires et de missiles, affirmant qu’il a besoin de renforcer ses défenses.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr