Inflation : quand ton p’tit déj a le goût du pétrole russe

Dans un contexte de forte inflation, les produits phares du petit-déjeuner n’ont jamais été aussi élevés. En atteste les chiffres de l’Insee publiés ce jeudi. 

« L’inflation est un impôt que nous paieront toutes et tous », avait déclaré le président de la République jeudi 15 septembre lors de son discours devant les préfets au palais de l’Elysée. En effet, il ne vous aura pas échapper que la France, comme la plupart des pays du globe, traverse actuellement une période d’inflation. Et les produits phares du petit-déjeuner n’en sont pas épargnés. Céréales, yaourts, beurre, chocolat en poudre, lait ou encore café, tous ces ingrédients incontournables à toutes et tous pour bien commencer la journée sont bel et bien concernés ! 

Selon les chiffres de l’Insee, la palme d’or de la plus forte augmentation en rayons revient au beurre qui connait une hausse de 15,8 %. De leur côté, les céréales ont vu leurs prix croître de 9,5% en août, sur un an. Une hausse proche de celle observée pour les yaourts (9,7%) ou le sucre (+9,1%). Les amateurs de tartines ont sans doute constaté eux aussi l’inflation qui frappe le pain (+8,2%), le beurre (+15,8%) ou encore les confitures, compotes et miel (+7,8%).

Du côté des boissons, tous les honneurs sont attribués au café dont le prix a grimpé de 11,2% entre août 2021 et août 2022. C’est plus que le lait entier (+7,8%) ou écrémé et demi-écrémé (+9,4%) qui enregistrent malgré tout de fortes hausses, tout comme le cacao et le chocolat en poudre (+6,7%) ou les jus de fruits (+6%).

A noter que les petits appareils électroménagers utilisés pour le petit-déjeuner sont également beaucoup plus coûteux qu’il y a un an. Les grille-pains comme les cafetières ont ainsi vu leurs prix bondir de 14,7% entre août 2021 et août 2022.

Phénomènes météorologiques 

Ces hausses s’expliquent par l’augmentation des coûts de production mais également par la forte hausse des coûts de transport ces derniers mois ainsi que par celle des matières premières. Le grain de café notamment a vu ses tarifs s’envoler en raison d’épisodes de gel et d’inondations au Brésil, premier producteur mondial, détruisant une partie des récoltes et réduisant considérablement l’offre.

Géopolitique de l’inflation 

Si les phénomènes météorologiques exceptionnels, destinés à l’être de moins en moins dans un contexte de crise écologique, les principaux facteurs de l’inflation mondiale sont le fait d’une véritable géopolitique de l’inflation. Selon les données de la banque transatlantique, trois facteurs principaux d’explication peuvent être mis en exergue : la pandémie COVID, la guerre en Ukraine et le re-confinement en Chine. 

La pandémie COVID

Après deux années de confinements successifs, les ménages ont fortement diminué leur consommation du fait de la pandémie de Covid-19. Ils ont accumulé un niveau d’épargne très important. Une fois la pandémie et les campagnes de vaccination terminées, la demande est très vite repartie mais l’offre n’a pas suivi. Cette distorsion, entre une demande vigoureuse d’un côté et une offre qui de l’autre côté tardait à arriver, a fait monter l’ensemble des prix pour les biens et les services.

Guerre en Ukraine et re-confinement en Chine

Plus récemment, en 2022, ce phénomène que beaucoup pensait temporaire a été accentué par deux événements : la guerre en Ukraine et le re-confinement en Chine. Le conflit russo-ukrainien a eu de nombreuses répercussions sur les prix des matières premières, en particulier le baril de pétrole et le gaz mais également le blé, l’Ukraine étant un important producteur de denrées agricoles. La mise sous cloche de la Chine, deuxième économie mondiale, en raison d’une recrudescence des cas COVID a également eu de lourdes répercussions sur la production industrielle et la logistique mondiale. 

inflationSuivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr