Glasgow en passe de devenir la première « ville féministe » du Royaume-Uni

Glasgow, deuxième ville après Edimbourg en Ecosse, est en passe de devenir la première « ville féministe » du Royaume-Uni.

Le 27 octobre dernier, le conseil municipal de Glasgow a soutenu à l’unanimité une motion stipulant que les femmes devraient être au cœur de tous les aspects de l’urbanisme, devenant ainsi la première ville du Royaume-Uni à adopter un « urbanisme féministe ».

L’urbanisme féministe défend un type de planification urbaine qui favorise l’inclusion et met les besoins des femmes, des personnes non binaires et des personnes ayant un genre différent au premier plan de la façon dont nous pensons le paysage urbain.

Les spécialistes de l’urbanisme féministe affirment que les hommes ont historiquement été chargés de concevoir les villes dans lesquelles nous vivons, et qu’ils l’ont fait en pensant à leurs propres besoins et habitudes, négligeant ou mettant de côté les questions de sécurité et d’accessibilité touchant les femmes et les minorités sexuelles et de genre.

Les villes que nous habitons et les espaces qu’elles abritent sont vécus de différentes manières par chacun d’entre nous, des facteurs tels que l’identité sexuelle, l’origine, l’ethnicité et l’âge jouant un rôle important dans la façon dont nous nous déplaçons dans le paysage urbain. Un homme blanc hétéro, un adolescent noir homosexuel ou une femme handicapée de la classe moyenne âgée de 80 ans expérimenteront tous la ville de manière différente.

Mais nos villes n’ont pas été construites en tenant compte des besoins spécifiques de chacun. Pendant longtemps, le genre neutre était synonyme d’homme.

Holly Bruce, conseillère municipale des Verts à Glasgow, et qui a présenté cette motion novatrice dans la ville écossaise, a déclaré : « Le conseil municipal de Glasgow note qu’une approche neutre du développement urbain ne fonctionne pas, que les femmes et les personnes marginalisées ont des besoins divers qui ne sont pas actuellement reflétés dans la pratique et qu’une approche inclusive et respectueuse du climat est nécessaire.« 

Elle a aussi ajouté : « Le conseil convient que pour créer des espaces publics sûrs et inclusifs pour les femmes, et accessibles à tous les membres de la communauté, il est fondamental que les femmes soient au cœur de tous les aspects de la planification, de la conception du domaine public, de l’élaboration des politiques et des budgets.« 

https://platform.twitter.com/widgets.js

À quoi ressemble une ville féministe ?

Une ville féministe est une ville où les besoins de toutes les personnes qui y vivent sont satisfaits, et pas seulement ceux des hommes blancs valides. Concrètement, cela signifie qu’il faut construire une ville où tout le monde, y compris, mais pas seulement, les femmes, se sentent également en sécurité et où chaque groupe a le même accès aux services.

Selon la motion d’Holly Bruce, les principales caractéristiques d’une ville égalitaire entre les sexes sont la possibilité de marcher en sécurité, la proximité des services, des espaces publics sûrs et des espaces verts ouverts.

« Ces facteurs ne sont pas seulement importants pour les femmes, ils sont essentiels pour créer une ville plus saine et plus vivable pour tous, avec des impacts positifs en termes de bien-être physique et mental et de qualité de l’air« , a déclaré Holly Bruce.

Le conseil de Glasgow a constaté qu’en ouvrant davantage d’espaces aux femmes, celles-ci auront également accès à de nombreuses d’opportunités, ce qui entraînera une augmentation de la participation aux réunions politiques pour une représentation plus partiale.

Comment Glasgow va-t-il changer ?

Le conseil de Glasgow a décidé de consulter le public – principal concerné – avant de procéder à tout changement, en demandant aux citoyens quelles mesures ils aimeraient voir mises en œuvre dans leur ville.

Pour Holly Bruce certains changements sont simples mais primordiaux. Des trottoirs plus larges et avec plus d’éclairages la nuit pour plus de sécurité.

« Les jeunes femmes ont dit qu’elles voulaient plus d’éclairage dans certaines parties des parcs de Glasgow pour pouvoir y circuler la nuit et y passer du temps parce que c’est un espace libre et agréable. Bien sûr, nous devons être très prudents et, en tant que Verte, je veux vraiment m’assurer que nous ne perturbons pas toute la biodiversité de nos parcs » a t-elle ajouté.

Un rapport publié fin 2021 par Young Women Lead (un groupe créé par YMCA Scotland) après l’enlèvement et le meurtre de Sarah Everard à Londres a révélé qu’une majorité de femmes et de personnes non binaires de Glasgow se sentaient en danger ou mal à l’aise dans les transports en commun, tandis que seulement 5 personnes interrogées sur 214 se sentaient en sécurité lorsqu’elles étaient au parc.

La mise en place de toilettes publiques supplémentaires est un autre élément sur lequel la ville écossaise va se pencher car la pandémie a révélé un manque de toilettes publiques ayant un impact disproportionné sur les femmes. La conseillère Holly Bruce a déclaré qu’elle suivrait également l’exemple des villes qui ont déjà procédé à des changements en matière d’urbanisme féministe.

Comme par exemple Vienne, a introduit des trottoirs plus larges qui permettent aux parents avec des poussettes (ainsi qu’aux utilisateurs de fauteuils roulants) de se promener dans la ville sans être constamment coincés derrière les autres piétons, et a apporté des changements à son système de transport et même à la langue utilisée pour communiquer avec le public.

D’autres projets visant à rendre les villes européennes plus ouvertes aux femmes sont en cours à Barcelone, en Espagne, et à Umeå, en Suède.

Mais l’Écosse s’annonce définitivement comme un phare du féminisme en Europe, après avoir adopté cet été une loi rendant les produits d’hygiène féminine absolument gratuits pour tous.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr