Fusillade Colorado : le tireur s’identifie comme non-binaire

Le tireur de la fusillade du Colorado s’identifierait comme non-binaire. Ce dernier est accusé d’avoir tué cinq personnes et blessé au moins 18 personnes dans une boîte de nuit LGBT de Colorado Spring.

Mercredi 23 novembre, l’auteur de la fusillade dans une boîte gay, a comparu devant le tribunal, et nous en savons plus sur Anderson Lee Aldrich. Lors de l’audition, l’homme de 22 ans n’a pas réalisé la procédure de plaider coupable ou non coupable. Si l’on suit le système de l’État du Colorado, l’inculpation de l’accusé ne sera pas prononcée avant 10 jours. Actuellement en détention pour suspicion de meurtre, le jeune homme peut encourir une peine de prison allant jusqu’à la perpétuité sans libération conditionnelle possible, pour meurtres et crimes motivés par la haine.

Lors de sa comparution devant le tribunal, Anderson Lee Aldrich a pris la parole seulement pour approuver son nom et confirmer qu’il a été informé de ses droits. Aucun chef d’accusation n’a été prononcé lors de l’audition.

S’identifie comme non-binaire

Première révélation, d’après les deux avocats commis d’office, le tireur utilise les pronoms non genrés « they/them », l’équivalent de « iel » en France. En effet, dans les documents judiciaires officiels enregistrés mardi, les représentants ont déclaré que leur client s’identifiait comme non-binaire, c’est-à-dire, ni comme homme, ni comme femme.

Sa famille connue du service de police

Les parents d’Anderson Lee Aldrich, se sont séparés lorsqu’il avait deux ans. Selon la presse américaine, le nom de naissance du tireur est Nicholas Brink. Toutefois, lorsqu’il était adolescent, il a changé de nom.

Son père, Aaron Franklin Brink, se présente comme un ancien acteur porno, devenu républicain conservateur d’après les informations du journal local de la ville de San Diego. Ce dernier a déjà été arrêté plusieurs fois pour détention de drogue et infractions au Code de la route, en Californie.

Sa mère, quant à elle, se nomme Laura Voepel, est aussi connue du service de police pour possession de substance illicite et ébriété sur la voie publique, d’après le New York Times. Selon les documents judiciaires décrits par le journal New-Yorkais, la mère d’Anderson Lee Aldrich avait été placée dans un hôpital psychiatrique. Cependant, elle avait mis le feu à son matelas, ce qui lui a coûté une condamnation avec sursis, en 2012.

Son père désapprouve les LGBT ?

Le père de l’accusé, a déclaré que son ex-femme lui avait assuré que leur fils était mort, il y a plusieurs années. Toutefois, ce dernier a reçu, il y a quelques jours, un appel de son fils, qu’il pensait mort. Lors de cet appel, qui a terminé en dispute, son fils l’aurait menacé.

Aaron Franklin Brink a déclaré au New York Times qu’il avait « fait part d’une ferme désapprobation à l’encontre des homosexuels quand son enfant était plus jeune ». Le père a ajouté à la chaîne CBS, qu’il « n’y a pas de gays dans l’Église mormone ».

https://platform.twitter.com/widgets.js

Son fils devra de nouveau se présenter au tribunal le 6 décembre.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr