Chine – Taiwan : grosses tensions avant la visite attendue de Nancy Pelosi

Chine – Taiwan : grosses tensions entre les deux pays. Taïwan se prépare à une éventuelle démonstration de force de la part de la Chine, alors que la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, est attendue sur l’île mardi en fin de journée.

Sa visite – qui n’est pas soutenue par la Maison Blanche – serait la première d’un tel haut fonctionnaire américain depuis des décennies sur le sol taïwanais.

Nancy Pelosi est le troisième plus haut fonctionnaire du gouvernement américain et une critique de longue date de Pékin et de sa politique. La Chine a mis en garde à plusieurs reprises contre cette visite et a déclaré mardi que les États-Unis « en paieraient le prix« .

Taïwan est une île autonome, mais revendiquée par la Chine, qui la considère comme une province sécessionniste. La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que la Chine avait été en communication avec les États-Unis au sujet de l’extrême sensibilité de cette visite. Elle a déclaré dans un communiqué que les Etats-Unis porteront la responsabilité et paieront le prix pour avoir porté atteinte aux intérêts de sécurité de la Chine.

Mardi, la Chine a envoyé des avions de guerre jusqu’à la ligne médiane, la ligne de démarcation informelle dans le détroit de Taiwan entre la Chine continentale et l’île de Taiwan. L’armée chinoise a également procédé à des exercices de tir réel et le commandement oriental de l’armée chinoise a mis en ligne une vidéo indiquant qu’il était « totalement préparé à toute éventualité« .

Le ministère de la défense de Taïwan a déclaré qu’il avait une parfaite maîtrise des activités militaires à proximité de l’île et qu’il était déterminé à se défendre contre toute menace chinoise. Les États-Unis ont des relations diplomatiques officielles avec la Chine et non avec Taïwan, mais ils entretiennent ce qu’ils appellent une « relation robuste et non officielle » avec l’île.

En début de semaine, le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, a déclaré aux journalistes que la Chine pourrait répondre par des provocations militaires, notamment en tirant des missiles près de Taïwan, en lançant des activités aériennes ou navales à grande échelle ou en faisant des « revendications juridiques fallacieuses » pour justifier un blocus naval du détroit de Taïwan.

Nancy Pelosi a entamé sa tournée en Asie dimanche sans mentionner Taïwan sur son itinéraire. Elle a jusqu’à présent visité Singapour et la Malaisie, et a également prévu de s’arrêter en Corée du Sud et au Japon. Toutefois, selon les médias taïwanais et américains, elle aurait l’intention d’atterrir à Taipei tard dans la soirée de mardi et de rencontrer les dirigeants taïwanais mercredi.

Mardi matin, le Premier ministre taïwanais, Su Tseng-chang, a déclaré que l’île « accueille chaleureusement » tout invité étranger et « prendrait les dispositions les plus appropriées » pour tout visiteur. Cette visite a créé un casse-tête diplomatique pour la Maison Blanche. Le président Joe Biden a déclaré la semaine dernière que l’armée américaine pensait qu’une visite de Pelosi à Taïwan n’était « pas une bonne idée pour le moment« .

Lundi, Kirby a déclaré que Pelosi « a le droit de se rendre à Taiwan » et « prend ses propres décisions« , ajoutant que la Maison Blanche respecte l’indépendance du Congrès américain.

Nancy Pelosi, figure de proue du parti démocrate, critique depuis longtemps les dirigeants chinois, dont elle dénonce les violations des droits de l’homme. Elle a déjà rencontré des dissidents pro-démocratie et s’est rendue sur la place Tiananmen pour commémorer les victimes du massacre de 1989. Elle avait initialement prévu de se rendre à Taïwan en avril, mais a reporté son voyage après avoir été testée positive au Covid-19. Au début du mois, elle a déclaré qu’il était « important de montrer notre soutien à Taïwan« .

John Kirby a souligné que l’ancien président républicain de la Chambre des représentants, Newt Gingrich, s’était rendu à Taïwan en 1997, et que d’autres législateurs américains s’y étaient rendus au début de l’année.

Il a déclaré: « Rien n’a changé. Il n’y a pas de drame à discuter. Ce n’est pas sans précédent qu’un président de la Chambre se rende à Taïwan, » en ajoutant que Pelosi voyageait dans des avions militaires américains au cours de sa tournée asiatique.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

 

Source: cerfia.fr