Ce « crypto-youtubeur » a escroqué près de 4 millions d’euros, le parquet de Paris ouvre une enquête

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après le dépôt d’une quarantaine de plaintes à l’encontre du youtubeur « Crypto Gouv ». L’homme, dont on ne connaît rien, a supprimé sa chaîne YouTube et son compte Twitter après avoir annoncé sur Telegram, le 9 juillet, qu’il partait avec près de 4 millions d’euros que lui ont confié les membres de sa communauté dans le but de réaliser des bénéfices.

La course aux rendements élevés peut causer la perte de sommes d’argent conséquentes. C’est ce qu’ont constaté plusieurs dizaines d’abonnés de l’ancien youtubeur « Crypto Gouv ». En effet, une quarantaine d’entre eux ont déposé une plainte contre le youtubeur pour escroquerie et/ou arnaque après qu’il les a arnaqué d’une somme totale de près de 4 millions d’euros. Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête, ce lundi 1er août.

Le youtubeur partageait des vidéos tutoriels sur sa chaîne YouTube et avait plus de 4 000 abonnés. Certaines personnes avaient déjà averti la communauté crypto du doute le concernant, alors qu’il partageait des tutoriels pour apprendre à hacker certaines applications « play-to-earn » (permettant de jouer pour gagner des cryptomonnaies) comme STEP N ou pour faire de fausses pièces d’identité, afin de créer plusieurs comptes sur une même plateforme de cryptomonnaie.

Une promesse de rendement de 100% par mois

Selon une source proche du dossier, près de 300 personnes auraient perdu l’argent qu’ils avaient confié à Crypto Gouv. L’avocat de trois plaignants, Maître Asta-Vola, a expliqué que « des investisseurs ont placé une centaine d’euros, d’autres plusieurs dizaines de milliers d’euros. »

S’il avait mit en place des systèmes de « pools » permettant aux investisseurs de multiplier leurs gains et leurs rendements en mettant, en commun leur argent pour le faire fructifier, c’est sa promesse d’un rendement de 100% mensuel qui a appâté le plus de personnes.

En effet, le youtubeur proposait un contrat avec une société anglaise « Crypto Gouv » promettant un rendement de 100% par mois aux personnes qui confieraient leur argent à la société qui se chargerait ensuite d’effectuer des opérations de trading de cryptomonnaie. Le 9 juillet dernier, l’homme, dont on ne connaît rien, a supprimé son compte YouTube ainsi que son compte Twitter avant de dévoiler la supercherie aux personnes abonnées à son réseau Telegram sous forme de « dernier tuto ».

Dedans, il explique qu’il a acheté des comptes sur des plateformes de cryptomonnaie à des gens pour ne jamais avoir à dévoiler son identité et qu’il s’est procuré des fausses cartes d’identité pour gérer d’autres comptes. Il détaille aussi tous les outils qu’il lui a fallu pour réaliser cette escroquerie (VPN, de la 3G, un ordinateur).

Après avoir acquis tout ce matériel, il explique s’être lancé sur YouTube avec des vidéos « qui racontent ce que les gens veulent entendre » concernant les investissements et la cryptomonnaie. Il a ensuite créé un réseau Telegram pour « contrôler le taux d’engagement » et mettre en place son escroquerie qui lui rapportera près de 4 millions d’euros qu’il changera de manière totalement anonyme via la blockchain Monero.

Il explique aussi que n’ayant jamais été condamné a une peine de plus d’un an de prison, il risque, s’il est retrouvé, au maximum 4 mois de détention provisoire lors d’un mandat de dépôt.

Dans un message posté après celui-ci, il explique ne pas avoir fait ça pour l’argent, contrairement à tous les gens qu’il a arnaqué, mais pour la cause ukrainienne à qui il dit qu’il enverra cet argent. Cependant, plusieurs centaines de milliers d’euros ont été transférés vers des adresses n’ayant aucun rapport avec le soutien à l’Ukraine.

Le combat semble donc difficile pour les personnes arnaquées; n’ayant aucune information sur Crypto Gouv qui utilisait des fausses identités pour tous les pans de son activité.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

 

 

 

Source: cerfia.fr