Brésil : Lula s’engage à mettre fin à la déforestation en Amazonie après sa victoire électorale

Après sa victoire aux présidentielles, le nouveau président du Brésil Lula, s’engage à mettre fin à la déforestation en Amazonie.

Célébrant sa victoire sur le président sortant d’extrême droite Jair Bolsanaro, Lula a promis une action environnementale plus audacieuse au cours des quatre prochaines années. « Luttons pour une déforestation zéro », a-t-il déclaré dans son discours de victoire. Il a ajouté :

« Le Brésil est prêt à reprendre son rôle de leader dans la lutte contre la crise climatique, en protégeant tous nos biomes, notamment la forêt amazonienne. Le Brésil se battra pour une Amazonie vivante ; un arbre sur pied vaut plus que des milliers de grumes de bois – c’est pourquoi nous reprendrons la surveillance de toute l’Amazonie et de toute activité illégale, tout en favorisant le développement durable. »

Comment les dirigeants mondiaux ont-ils réagi à la victoire électorale de Lula ?

L’ensemble de la sphère politique semble être satisfait de la victoire de Lula pour la suite et le futur de la forêt Amazonienne. En félicitant Lula pour sa victoire, un certain nombre de dirigeants mondiaux ont salué ses engagements écologiques.

« J’ai hâte que l’on travaille ensemble sur les questions qui comptent pour le Royaume-Uni et le Brésil, de la croissance de l’économie mondiale à la protection des ressources naturelles de la planète et à la promotion des valeurs démocratiques », a écrit le tout nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak sur Twitter.

https://platform.twitter.com/widgets.js

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré qu’elle avait « hâte de travailler avec [Lula] pour relever les défis mondiaux urgents, de la sécurité alimentaire au commerce et au changement climatique. »

https://platform.twitter.com/widgets.js

Le changement d’approche des politiques environnementales pourrait également débloquer les négociations sur un accord commercial entre l’UE et le Mercosur – un bloc commercial sud-américain qui inclut le Brésil. Il a été officiellement finalisé en 2019, mais a été freiné par les préoccupations de l’Europe – notamment du président français Emmanual Macron – concernant la forêt amazonienne.

« Ensemble, nous allons unir nos forces pour relever nos nombreux défis communs et reconstruire le lien d’amitié entre nos deux pays », a tweeté Macron après la victoire de Lula.

La Norvège va reprendre les aides pour la protection de l’Amazonie

Lundi, la Norvège a annoncé qu’elle allait reprendre ses subventions pour la protection de la forêt amazonienne.

« Nous avions une bonne et très étroite collaboration avec le gouvernement avant Bolsonaro et la déforestation au Brésil a beaucoup diminué sous la précédente présidence de Lula da Silva », a déclaré à l’AFP le ministre de l’environnement Norvégien Espen Barth Eide.

La Norvège était l’un des plus grands donateurs de fonds pour la protection de la forêt tropicale brésilienne. Mais la déforestation a augmenté de façon spectaculaire à un niveau que Barth Eide avait qualifié de « scandaleux ». Le pays a interrompu son aide en 2019 lorsque Bolsonaro a pris le pouvoir.

Barth Eide ajoute qu’environ cinq milliards de couronnes norvégiennes (485 millions d’euros) d’aide non utilisée attendaient d’être distribués par le Fond Amazonien pour la Conservation des Forêts et la Protection du Climat.

Désormais, le pays souhaite prendre contact avec l’équipe de Lula le plus rapidement possible afin de « préparer la reprise de la collaboration historiquement bonne entre le Brésil et la Norvège. »

Lula peut-il mettre un terme à la déforestation en Amazonie ?

La victoire de Lula pourrait réduire la déforestation en Amazonie de 89 % au cours de la prochaine décennie, selon une analyse réalisée par Carbon Brief. Mais les écologistes retiennent leur souffle, car Lula doit relever l’énorme défi d’inverser les politiques néfastes de Bolsonaro.

Steve Trent, cofondateur de l’ONG Environmental Justice Foundation, affirme que Bolsonaro laisse derrière lui un héritage de législation environnementale affaiblie, d’agences environnementales désaffectées et de niveaux records de déforestation.

La réélection de Lula signifie que « les gens et la nature ont une chance de se remettre après la destruction gratuite des années Bolsonaro », selon Trent. Il ajoute : « Toutefois, il aura besoin de tout le soutien qu’il pourra obtenir pour ramener le Brésil au rang de leader mondial de l’environnement. »

Selon Trent, Lula doit maintenant relever un défi « colossal » pour inverser les « catastrophes intentionnelles en matière d’environnement et de droits de l’homme » du précédent président brésilien.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « POLITIQUE », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr