Boris Johnson démissionne de son poste de Premier ministre

Boris Johnson démissionne de son poste de Premier Ministre et déclare devant le public britannique: « Je veux que vous sachiez à quel point je suis triste d’abandonner le meilleur travail du monde, mais c’est la vie. »

« Personne n’est indispensable »

Boris Johnson a annoncé sa démission en tant que Premier ministre après moins de trois ans au Numéro 10. Il a déclaré : « Personne en politique n’est indispensable. »

S’exprimant depuis Downing Street, il a remercié les millions de personnes qui ont voté pour les conservateurs lors des dernières élections et a déclaré que s’il s’était battu si longtemps pour rester en poste, c’était parce qu’il pensait que c’était son travail, son devoir et son obligation.

Il a déclaré qu’il avait essayé de persuader son cabinet qu’il serait « excentrique » de changer de Premier ministre maintenant, mais a ajouté : « Je regrette de ne pas avoir réussi dans ces arguments » et qu’il était « douloureux de ne pas aller jusqu’au bout« .

Boris Johnson a déclaré que le processus de nomination d’un nouveau dirigeant commencerait dès aujourd’hui, avec un calendrier établi la semaine prochaine.

Il s’est adressé devant les caméras, en déclarant au public britannique: « Je veux que vous sachiez à quel point je suis triste d’abandonner le meilleur emploi du monde, mais c’est la vie.« 

Une pression intense s’est exercée sur le Premier ministre pour qu’il démissionne ces derniers jours. En effet, après plus de 50 démissions de la part de ministre au gouvernement et des vagues de députés lui demandant de partir, il a été obligé de se résigner.

La rébellion massive a commencé mardi après que Downing Street a admis que le Premier ministre était au courant des allégations de comportement inapproprié contre l’ancien Whip Chris Pincher en 2019, en le nommant quand même en février et en envoyant des ministres pour le défendre.

Le secrétaire à la santé Sajid Javid et le chancelier Rishi Sunak ont été les premiers à démissionner mardi soir, mais au cours des dernières 48 heures, les députés de tous les niveaux du gouvernement ont empilé leurs lettres et leurs demandes pour qu’il parte.

Dans un premier temps, Boris Johnson a insisté sur le fait qu’il restait en poste (voir lien), une source au sein de la direction du ministère de l’éducation ayant déclaré ce matin même qu’il comptait se battre jusqu’au bout.

Mais après la démission de la nouvelle secrétaire d’État à l’éducation, Michelle Donelan – qui n’était en poste que depuis 36 heures – et l’appel public à son départ lancé par le tout nouveau chancelier Nadhim Zahawi, Downing Street a confirmé que le Premier ministre démissionnerait aujourd’hui.

Démissionne mais reste

Boris Johnson va donc quitter son poste de chef du Parti conservateur, mais a l’intention de rester Premier ministre jusqu’à l’automne. Il prévoit de rester à Downing Street jusqu’à ce qu’un nouveau leader conservateur soit élu pour le remplacer au poste de Premier ministre. En signe de protestation contre son leadership, il a commencé à nommer de nouveaux ministres pour remplacer ceux qui ont démissionné.

Mais certains députés conservateurs pressent le Premier Ministre de partir dès que possible pour éviter la paralysie du gouvernement. L’ancien ministre Sir Bob Neill a déclaré aux députés qu’il y avait un « point d’interrogation sérieux » quant à la durée pendant laquelle un premier ministre « intérimaire » pourrait rester en place. Pour lui, il serait préférable d’accélérer la transition au plus vite.

Sir Keir Starmer a déclaré que si le Parti conservateur ne se débarrassait pas immédiatement de Boris Johnson, les travaillistes voteraient une motion de censure « dans l’intérêt national« . Il a déclaré :

Nous ne pouvons pas continuer avec ce Premier ministre qui s’accroche pendant des mois. Il doit partir complètement… il a infligé des mensonges, des fraudes et le chaos dans le pays.

Un vote de défiance serait organisé au Parlement – si le gouvernement perdait le vote, cela pourrait conduire à des élections générales, mais cela nécessiterait une rébellion importante des députés conservateurs pour soutenir une motion travailliste.

Boris Johnson avait résisté à ces appels à sa démission jusqu’à ce jeudi matin, lorsqu’il est devenu évident qu’il avait perdu la confiance de ses députés et que le gouvernement ne pouvait plus fonctionner.

La procureure générale Suella Braverman et le principal député d’arrière-ban Steve Baker sont les premiers députés conservateurs à déclarer leur candidature à la direction du parti, alors que d’autres devraient suivre.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr