Affaire Hanouna – Boyard : l’Arcom annonce transmet l’affaire à un rapporteur indépendant

Une semaine après l’altercation entre Cyril Hanouna et Louis Boyard, sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste (TPMP), l’Arcom a transmis le dossier à un rapport indépendant, membre du Conseil d’État.

Faire face à l’Arcom, anciennement le CSA, n’est pas nouveau pour l’émission de Cyril Hanouna. En effet, C8 a déjà payé une amende de trois millions d’euros en 2017, pour un canular jugé homophobe durant l’émission TPMP. Le 10 novembre, après un clash entre l’animateur et Louis Boyard, le député français a porté plainte et la présidente du groupe la France insoumise avait saisi l’Arcom pour examiner la séquence de l’altercation.

Procédure de sanction

Le gendarme de l’audiovisuel, l’Arcom, a jugé que la séquence clash entre les deux hommes est « susceptible de justifier l’engagement d’une procédure de sanction ». Ainsi, ce jeudi 17 novembre, l’Arcom a annoncé avoir transmis à un rapporteur indépendant du Conseil d’État qui sera en charge de décider si elle doit ou non d’éventuelles sanctions contre l’émission présentée par Cyril Hanouna.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Pour rappel, le 10 novembre lors de l’émission, Cyril Hanouna avait invité Louis Boyard sur le plateau de TPMP pour parler du navire Ocean Viking accueillie en France. Toutefois, la soirée ne s’est pas passée comme prévue. Le député de 22 ans pointant du doigt Vincent Bolloré, le propriétaire de Canal +, sur certaines de ses pratiques s’est retrouvé insulté par l’animateur.

Procédure longue

D’après les informations reçues par franceinfo auprès du gendarme de l’audiovisuel, « l’étude du dossier par le rapporteur indépendant va prendre au moins plusieurs semaines ». Ainsi, c’est le rapporteur indépendant du Conseil d’État auquel a été transmis le dossier qui décidera qui décidera d’éventuelles sanctions contre la chaîne. Si C8 en vient à être sanctionné, quatre sanctions sont possibles : suspendre l’émission TPMP temporairement, sanction financière, interdire la publicité avant et après l’émission et dans le pire des cas arrêter la chaîne.

Ainsi, lorsqu’il sera décidé d’une sanction ou non, l’Arcom récupérera le dossier afin d’« auditionner la chaîne » et « suivre les recommandations du rapporteur ».

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « INFOS », découvrez notre rubrique dédiée.

Source: cerfia.fr