Accusé de 8 viols, Benjamin Mendy risque la prison à vie

Le procès de l’ancien joueur des Bleus, Benjamin Mendy, s’est ouvert ce mercredi 10 août au tribunal britannique de Chester. Accusé de 8 viols, d’une tentative de viol et d’une agression sexuelle, il risque la prison à vie.

Il nie les dix chefs d’accusation. L’ancien joueur des Bleus et de Manchester City, Benjamin Mendy, est arrivé ce mercredi 10 août, à 8 heures, au tribunal de Chester, dans le Nord-ouest du Royaume-Uni, pour être jugé par la justice britannique. Il est accusé de 8 viols, d’une agression sexuelle ainsi que d’une tentative de viol sur des femmes. Les faits se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021 à son domicile britannique de Prestbury, dans le Cheshire. Cependant, Benjamin Mendy a toujours nié ces chefs d’accusation et il a tenu, à l’ouverture de son procès, à plaider non-coupable pour la huitième accusation de viol qui le vise et dont les faits se seraient déroulés le 23 juillet 2021.

Benjamin Mendy n’avait, jusqu’à présent, pas pu plaider non-coupable pour cette dernière accusation puisqu’elle a été révélée le 1er juin, soit près d’une semaine après la dernière audience préparatoire au procès, qui s’est tenue le 23 mai, et au cours de laquelle il avait plaidé non coupable des neuf chefs d’accusation qui le visaient.

Benjamin Mendy encourt une peine de prison à perpétuité s’il est reconnu coupable de la totalité des chefs d’accusation. En effet, cette peine de prison à vie est la peine maximale prévue par la justice britannique pour des faits de viols qui sont sévèrement sanctionnés au Royaume-Uni.

Une peine de « 13 à 14 ans » semble plus probable

Cependant, l’avocat anglais, Richard Furlong, a confié à nos confrères de RMC Sport qu’il est « probable d’envisager une peine à deux chiffres« , si l’ancien défenseur des Bleus est reconnu coupable de la totalité des dix chefs d’accusation. En effet, la peine de prison à vie n’est que très rarement appliquée et l’avocat anglais opte de son côté pour une peine de prison allant de « 13 à 14 ans » en justifiant que la peine doit être « équitable et proportionnée ». 

Si Benjamin Mendy est reconnu coupable de 8 délits de viol, dont chacun justifierait une peine de 10 ans, par exemple, il n’obtiendra pas une peine totale de 80 ans, puisque cela irait contre le principe de proportionnalité de la peine.

« Le fait que quelqu’un ait commis 8 infractions sera utilisé pour augmenter la peine totale de 10 ans dans la fourchette de l’infraction, et peut-être en dehors de la fourchette. Ainsi, pour 8 infractions, la peine peut être portée à 13 ou 14 ans. »

Richard Furlong, avocat spécialisé en droit britannique.

Une peine qui pourrait ne pas se limiter à de la prison

Le droit britannique comporte des différences, sur plusieurs points, par rapport au droit français. L’une des spécificités du droit britannique est la mise en place du « sex offenders register », le fichier des personnes condamnées d’agressions sexuelles. Dans le cadre de ce fichier, certaines personnes reconnues coupable de viol doivent obligatoirement « notifier à la police son lieu de résidence, tous ses déplacements, pour les vacances par exemple » dévoile l’avocat anglais, Richard Furlong. Ce dispositif peut parfois même s’appliquer à vie et pourrait concerner Benjamin Mendy, s’il est reconnu coupable d’un, de plusieurs, ou de la totalité des dix chefs d’accusation qui le visent.

Le procès de l’ancien international français, dont l’ouverture a été retardée de deux semaines, devrait durer près de 15 semaines, étant donné que sept femmes différentes l’accusent d’agressions sexuelles et de viols. Cette première semaine est consacrée au choix des jurés et à l’organisation des audiences et le procès devrait réellement débuter, dès la semaine prochaine.

Benjamin Mendy a déjà effectué quatre mois de détention provisoire dans des prisons de Liverpool, d’août 2021 à janvier 2022, avant d’être libéré sous caution et placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès, en janvier. Le footballeur, qui a été écarté par son club de Manchester City pour qui il n’a plus joué depuis le 15 août 2021, devra aussi attendre la décision du tribunal pour savoir s’il aura le droit de reprendre sa carrière sportive, dans le cas où il ne serait pas condamné à une peine de prison.

Suivez toute l’actualité au quotidien sur notre compte Twitter @CerfiaFR. Pour plus d’infos « SPORT » découvrez notre rubrique dédiée.

 

Source: cerfia.fr